Le premier ministre a rendu hommage aux Justes de Belgique, ce mardi au Mont des Arts à Bruxelles, en présence d’anciens enfants cachés. Il a renouvelé ses excuses pour les actes de collaboration des autorités pendant l’occupation.

 

Guy Verhofstadt a inauguré une double plaque commémorative, une en français, l’autre en néerlandais, en compagnie du ministre de la Défense, André Flahaut. Ces plaques rendent hommage aux Justes de Belgique qui ont sauvé la vie d’enfants juifs au péril de la leur et de celle de leur famille, lors de la Seconde Guerre Mondiale, en Belgique.

Comme le dit Roger Lallemand, Ministre d’Etat : « Cette reconnaissance officielle représente quelque chose d’essentiel qui est le respect dû à ceux qui ont pris le risque, à leur propre péril, de protéger et de défendre des enfants juifs. C’est une attitude fondamentale et constitutrice d’une démocratie qui repose sur la capacité d’humanisme de ses citoyens. »

Dans son discours Guy Verhofstadt a évoqué le rapport final du CEGES sur les autorités belges et la persécution juive rendu public opportunément ce 8 mai. Il a réitéré ses excuses, au nom du gouvernement, pour les actes des autorités belges pendant l’occupation. Comme il l’avait déjà fait en 2002 à Malines et en 2005 au mémorial Yad Vashem, à Jérusalem, il a mis en cause la docilité des autorités et a condamné les actes de collaboration et de persécution des juifs par ceux qui auraient dû les protéger des Nazis.

Il a également annoncé la fin des travaux de la commission Buysse sur les biens juifs spoliés pour la fin 2007. Les 5640 dossiers auront alors été traités. Les sommes restantes seront confiées à la Fondation du Judaïsme de Belgique. Le Premier ministre a assuré la communauté juive qu’il avait bien entendu leurs demandes d’améliorer le statut des victimes, instauré en 2003.

Bruno Van Dam