Contrairement aux règles de la pluralité des sources et du débat contradictoire qui permettent de présenter une situation sous tous ses aspects, je suis obligé d’admettre que mon article n’est pas complet. En effet, pas de traces de réaction du législateur ou du cabinet de la ministre de la Justice. Ce n’est pourtant pas faute d’avoir essayé. Malheureusement, vu l’activité au parlement (dernières sessions avant la dissolution des chambres), on m’a gentiment fait comprendre que le temps manquait aux responsables politiques pour répondre à un « jeune journaliste indépendant ». Autrement dit, si pas de garantie de ne pas perdre son temps avec un article qui ne sera peut-être jamais publié, pas le temps de répondre.

Dommage ! J’imagine que ce sont les règles du jeu.

Bruno Van Dam